Dépistages et autotests dans les établissements scolaires du 78 : enfumage, mépris, exclusion

Dans le 78, l’administration de l’Éducation nationale a choisi de distribuer les autotests aux personnels, mais en triant les statuts "privilégiés" et les autres. Les précaires seront servi·es les dernièr·es.

Entre les fanfaronnades du ministre Blanquer et de ses acolytes, et les réalités du terrain, il y a souvent un monde. On a beau savoir que leurs paroles ne sont que poudre aux yeux ou succession d’inepties, on ne s’habitue toujours pas, surtout lorsqu’elles mettent en jeu la santé des élèves, de leurs proches et des personnels !

D’un côté, le ministre se pavane devant les médias en parlant de dépistages massifs dans les écoles. De l’autre côté, il y a des établissements où, faute d’une organisation sensée, ce sont quelques 40 élèves sur 500 qui sont testé·es… autant dire personne !

Mais qu’importe ! Le dépistage aura été fait dans cet établissement, on pourra ajouter une ligne au tableau départemental et se vanter qu’il n’y ait eu aucune contamination de détectée !

Concernant les autotests, le ministre se rengorge en affirmant qu’ils sont distribués aux personnels, et dans le même temps, on apprend que dans certains collèges des Yvelines, les AED (assistant·es d’éducation), AESH (accompagnant·es d’élèves en situation de handicap), personnels administratifs ne sont pas prévu·es dans la distribution (plus tard, leur dit-on). On apprend aussi que dans des lycées, les AESH doivent aller chercher leurs tests à l’autre bout du département (quand, comment, peu importe là aussi).

De nouveau, suintent le mépris et la volonté de diviser, fondés sur une lamentable vision hiérarchique et segmentée de l’organisation des personnels. Il y aurait ainsi les nobles professeur·es d’un côté, et le petit personnel de l’autre, que l’on pourrait dédaigner et écarter.

Non contente de laisser sciemment les AED et les AESH dans la précarité, l’institution les piétine davantage encore en les faisant passer après dans les mesures sanitaires.

Sud éducation 78 déplore cette nouvelle maltraitance des personnels et exige que tou·tes soient traité·es à égalité et puissent disposer, si elles et ils le souhaitent, des autotests promis par le gouvernement.

Voilà quelques déplorables échos de la gestion sanitaire dans le département.

N’hésitez pas à nous faire remonter la situation de votre établissement !

sudeducation78@ouvaton.org