Services publics en danger !

le 19 novembre 2005 : Manifestation Nationale à Paris Place d’Italie, 13h30

La manifestation du samedi 19 novembre est à l’initiative de la Fédération nationale des collectifs de défense et de développement des services publics . Elle est soutenue par de nombreuses associations et organisations syndicales. Alors que le gouvernement privatise à tout va, cette manifestation doit être un moment fort d’unité pour imposer le développement des services publics. Affirmons que l’éducation et la recherche, comme la santé, le logement, l’eau, l’énergie, les transports, la poste, les communications ... ne sont pas des marchandises et doivent rester dans le cadre des services publics.

Les services publics sont progressivement démantelés : ouverture à la concurrence, marchandisation, gestion selon les critères des entreprises privées, privatisation rampante... tous les services publics sont concernés. Dans certains domaines, les reculs sont importants : la distribution de l’eau est presque totalement dévolue au privé ; au sein même des hôpitaux publics existent de larges secteurs libéraux ; les services publics de la poste, des télécommunications, des transports, de l’énergie sont devenus privatisables, quand une partie d’entre-eux ne sont pas déjà cédés aux patrons : l’exemple de la SNCM, bradée à un financier, doit faire réfléchir sur les processus de privatisation. Aujourd’hui, c’est une partie d’EDF qui est privatisée. Villepin a clairement annoncé qu’il veut mettre les services publics à l’heure du privé !

L’éducation est aussi concernée : l’école privée, concurrente de l’école publique, reçoit de plus en plus d’argent de l’Etat ; le transfert des personnels TOS aux collectivités territoriales est une première étape vers la privatisation de l’école ; d’ailleurs certaines « missions de services publics » (cantines, nettoyage, parcs informatiques...) sont de plus en plus fréquemment confiées à des entreprises privées ; le marché privé du soutien scolaire est en plein essor, à grand renfort d’aide fiscale ; le MEDEF, avec ses impératifs de rentabilité, s’immisce de plus en plus ouvertement dans les établissements scolaires et universitaires et, dès aujourd’hui, un patron peut présider un conseil d’administration de lycée professionnel ou technique ; les fonctionnaires qui partent en retraite ne sont que très partiellement remplacés, si ce n’est par des personnels précaires aux statuts de plus en plus dégradés ; et de Robien fait appliquer la loi Fillon ...

La destruction du service public d’éducation est, elle aussi, bien avancée.

N’attendons pas qu’il ne reste que des ruines pour nous réveiller !

DEFENDONS L’ECOLE ! DEFENDONS TOUS LES SERVICES PUBLICS !

Rendez-vous 13h30 place d’Italie