ZEP, dédoublements : Des discours aux actes - à Rostand, les enseignants demandent des comptes

Tract enseignants lycée Jean Rostand, Mantes-la-Jolie

Le lycée Rostand de Mantes est un lycée classé ZEP, avec une section Sud éducation 78 très active. La dotation horaire globale a déjà été refusée au CA en février ; mais selon les nouvelles coutumes des directions, c’est seulement tout récemment qu’ont été présentées aux enseignants les projections effectives de répartition des heures, avec de nombreuses heures de dédoublement qui sautent, et une enveloppe qui au final entretient la pénurie et supprime toute marge de manœuvre pour proposer aux élèves quoi que ce soit. Une distribution de tracts (cf pièce jointe) a été menée devant le lycée vendredi 10 avril 2015 à partir de 8h, par les enseignants pas contents.

Les points mis en avant sont les suivants :

1) La dotation n’est pas suffisante pour permettre de reconduire les dédoublements actuellement en place. Les textes officiels ne définissent plus le nombre d’heures de dédoublements par matière : un volant d’heures (trop juste) est donné pour ces dédoublements et il faut trancher entre les matières pour les attribuer : qui doit être pénalisé ? Dédoubler certaines heures de cours, que ce soit en série professionnelle, générale ou technologique est une condition sine qua non d’un enseignement efficace et serein dans cet établissement où le public est très hétérogène et nécessite beaucoup de suivi, tant au niveau des acquis que du comportement.

2) Les prévisions d’effectifs sont sous-évaluées : ainsi, 17 élèves sont actuellement inscrits en 1ère STI2D-EE alors que seulement 15 places sont prévues pour la future classe de terminale. C’est 1/3 des BTS électrotechnique 1ère année qui est prévu à la baisse pour tenir dans la ½ section de 2e année prévue. Inutile de préciser qu’aucune place n’est prévue en terminale ou en BTS électrotechnique 2e année pour les élèves n’ayant pas réussi leur examen. Au regard de la fermeture du BTS CRSA qui vient d’avoir lieu (et celle du BTS TC il y a 3 ans), toutes les inquiétudes sont permises quant aux intentions de nos autorités à moyen terme sur le BTS électrotechnique.

3) Une classe expérimentale intermédiaire, la 1e CPA (Classe Projet-Ambition), avait été mise en œuvre cette année au sein de l’établissement pour permettre à des élèves de 2nde en difficulté de choisir dans de meilleures conditions leur orientation en 1ère. Ce projet innovant a mobilisé une équipe dans une dynamique de pédagogie individualisée. Cette classe sera supprimée l’année prochaine alors qu’aucun diagnostic n’a été réalisé (malgré de réelles réussites) et les heures se sont évaporées. Dans un contexte où l’on nous demande de ne plus proposer de redoublements mais où aucune solution alternative n’est prévue, les enseignants veulent récupérer au minimum ce volume horaire pour des dédoublements et des projets pour les élèves.

4) Cette dotation ne permet pas non plus de mettre en place le dispositif dit d’Accompagnement Personnalisé sans saborder les dédoublements en place. L’Accompagnement Personnalisé n’en a d’ailleurs que le nom, car dans les faits les moyens attribués sont de 2 heures hebdomadaires pour une classe entière (donc rien de personnalisé).

Qu’en est-il des moyens massifs promis à l’éducation prioritaire par le gouvernement à de nombreuses reprises, et encore tout récemment après les attentats de janvier ? On ne parle jamais des lycées ZEP, pourquoi ce silence ? Un plan d’urgence n’est-il pas censé lutter contre les inégalités et assurer de bonnes conditions de réussite aux élèves en prenant en compte leurs spécificités ?

Les enseignants sont très peu écoutés, ils doivent gérer en permanence des injonctions contradictoires entre communication officielle et réalités de terrain. A Rostand, ils demandent, après s’être réunis en AG, que parents et élèves s’impliquent pour interpeller également nos autorités hiérarchiques afin d’obtenir des conditions correctes d’enseignement.

C’est pourquoi ils ont distribué ce tract, réalisé collectivement en AG le jeudi 9/04 au lycée, par des grévistes et des non-grévistes, syndiqués ou non (Sud éducation, SNES-FSU...). Les fédérations de parents d’élèves sont ou seront contactées.