Communiqué fédéral de Sud éducation

Soutien aux précaires qui occupent l’UNEDIC

La Fédéraration SUD EDUCATION soutient les précaires qui occupent depuis mardi 24 avril 20h00 l’Unedic.

Cette instance de gestion destinée aux chômeurs est devenue tout au long de ces vingt dernières années la chasse gardée des patrons où sont diffusées les valeurs du capitalisme "moderne" : travail, mérite, plein emploi, soumission et docilité.

Cette réappropriation par les chômeurs et précaires de l’Unedic est une victoire au bout de ces deux jours d’occupation. En effet, dans ce haut lieu du "paritarisme" se déroulent des simulacres de négociation (les mouvements de précaires et chômeurs en sont exclus) qui organisent la baisse continue des allocations chômage et des durées d’indemnisation.

Le Medef mais aussi les syndicats co-gérants cherchent à faire de tous les chômeurs et précaires les responsables de la situation dans laquelle elles, ils se trouvent. C’est contre cette politique de punition et de culpabilisation que se sont "élevéEs" les occupants du toit de l’Unédic.
Dans notre champ professionnel, L’Education nationale grande utilisatice de main-d’oeuvre précaire (profs, surveillants, personnels TOS) doit aussi être dénoncée en ce qu’elle fait preuve d’un mépris sans précédent pour les personnels précaires.

La Fédération SUD EDUCATION sera présente à la conférence de presse jeudi 26 mai organisée par les occupants et ainsi leur apportera son soutien.

Elle condamne aussi la convocation devant le tribunal d’un militant d’AC.

La Fédération Sud Education appelle à la mobilisation de tous les précaires, chômeurs dans et hors de l’Education nationale.
Elle appelle aussi les collègues titulaires de l’école primaire à l’université de plus en plus confrontés à la précarisation des conditions de travail, à lutter aux côtés de celles et ceux que la discontinuité des formes d’emploi jettent dans la galère au quotidien.