Premier degré

SEMAINE DE QUATRE JOURS, PROGRES OU ARNAQUE ?

Tract "semaine de 4 jours"

Par voie de presse, notre Ministre Xavier Darcos a annoncé pour la rentrée prochaine la suppression des cours du samedi matin sans réduction des vacances. Les heures ainsi dégagées pour les enseignants seront consacrées à des heures de soutien en fin de journée pour « les enfants qui en ont le plus besoin ». Les autres pourront disposer du temps libéré à leur guise.

Une politique par voie de presse ?

Cette mesure illustre une nouvelle fois à quel point les enseignants sont mis à l’écart de la réflexion sur l’évolution du système éducatif. Déjà, à la rentrée, le Ministre avait annoncé l’ajout d’une heure de sport dans l’emploi du temps des élèves alors que personne sur le terrain n’avait reçu d’instruction effective dans ce sens... A nouveau, les enseignants doivent essayer de deviner à travers les annonces médiatiques du ministre comment va s’organiser leur travail...

Quels enseignements seront réduits ?

Actuellement, les enfants ont 26 heures de classe par semaine en moyenne, avec cette mesure, ils passeraient à 24h par semaine.Mais si l’on supprime deux heures hebdomadaires aux élèves, il faudra bien tailler dans les programmes. Quels sont les enseignements qui vont donc être supprimés (ou réduits) ? Pas ceux du fameux « socle commun » (maths, français, informatique, anglais). Pas le sport, puisque le secrétaire d’Etat aux sports, Bernard Laporte, vient d’annoncer qu’il souhaite une augmentation de 3 à 4 heures hebdomadaires pour cette discipline. Il faudra donc tailler dans les autres matières : histoire, géographie, musique, arts plastiques ?

Stigmatisation des élèves en difficulté ?

Ces deux heures hebdomadaires seront, selon le ministère, utilisées pour du soutien scolaire. Si cela peut être profitable à quelques enfants, il est illusoire de penser qu’on combattra l’échec scolaire de cette façon, d’autant que ce fonctionnement risque de stigmatiser les enfants en difficulté, qui seront retenus plus longtemps à l’école que les autres.

Pas de diminution du temps de travail

Les deux heures dégagées pour les enseignants, ne leur seront bien sûr pas offertes. Bien que les professeurs des écoles aient le nombre d’heures face aux élèves le plus élevé de l’Education Nationale, il n’est pas question de réduction du temps de travail.

Les personnels spécialisés toujours plus menacés

Les personnels RASED, déjà bien peu nombreux et de plus en plus éparpillés sur les écoles, ont du souci à se faire. En se chargeant du soutien pendant les deux fameuses heures dégagées, les enseignants, dont le temps de présence devant le élèves n’aura pas diminué, les remplaceront. Exit, donc, les Maîtres E et G, qui sont pourtant les mieux placés pour aider ces élèves.

Au fond pourquoi cette réforme ?

Réduction du nombre d’enseignants, économie de moyen sur le dos de l’éducation, et coup de pouce au tourisme de week-end, telles sont les véritables motivations d’une telle réforme qui ne s’appuie sur aucun argument pédagogique concret.

C’est avant tout plus de liberté pédagogique, de moyens, de personnels statutaires et de temps de concertation que nous devons exiger pour remplir notre mission !