Pour nos droits et nos salaires, pour un service public égalitaire... retrouvons le chemin des luttes collectives

La préparation de la rentrée 2019 commence maintenant. Au menu : 3 550 suppressions de postes et mise en œuvre des contre-réformes.

Suppressions de postes...

SUD éducation a voté contre les réformes du Lycée général et technologique (LGT), du Lycée professionnel (LP) et du Bac en Conseil supérieur de l’éducation. Et pour cause, l’un des objectifs principaux de cette réforme est bien d’adapter le système éducatif aux suppressions de postes prévues par le gouvernement. Dans le LGT, la suppression de filière a bien pour conséquence de remplir au maximum les classes et donc de supprimer les postes d’enseignant-e-s. Dans le LP, la baisse des horaires disciplinaires et la 2ème HSA bientôt imposée vont se traduire par la suppression de 2 600 postes.

... et projet éducatif inégalitaire

Les contre-réformes menées au pas de charge n’ont pas comme seul objectif de supprimer des postes. Elles mènent également un projet politique inégalitaire. La carte des spécialités dévoilée met en œuvre une inégalité dans l’accès à l’offre de formation. Les réformes ont également pour but d’adapter le système éducatif au marché du travail : démantèlement du lycée professionnel au profit de l’apprentissage, sélection à l’entrée à l’université avec Parcoursup.

Contre la deuxième HSA imposée

Sur les suppressions de poste prévues, 2 085 seront converties en heures supplémentaires. Pour qu’elles soient absorbées, le ministère a décidé brutalement d’imposer une deuxième heure supplémentaire aux enseignant-e-s. SUD éducation refuse cette surcharge de travail, dont nous rappelons qu’elle ne constitue pas du salaire, car elle ne contribue pas à la retraite ni à l’assurance-maladie.

Avec les stylos rouges, portons nos revendications

Les « stylos rouges », personnels de l’éducation nationale réunis depuis le mois de décembre principalement sur les réseaux sociaux, portent des revendications en opposition à la politique du gouvernement. SUD éducation met son outil syndical, notamment son préavis de grève recon­duc­tible, à disposition de tous les personnels s’opposant aux réformes Blanquer.

Au quotidien comme dans les luttes… le syndicat est là !

Puisque personne ne travaille à ta place,
personne ne doit décider à ta place

Syndicat intercatégoriel, Sud éducation accueille et défend tous les personnels (sauf les chefs !) sans distinctions.
Quel que soit son statut, chacun s’exprime en réunion et prend part aux décisions.