Opération grévistes solidaires pour les personnes âgées

1- PRESENTATION

Nous avons lancé vendredi 5 septembre "l’opération grévistes solidaires pour les personnes âgées" . L’idée est partie de discussions dans nos bahuts sur les conséquences désastreuses de la canicules, la politique sociale du gouvernement, et l’escroquerie du jour férié travaillé comme prétendue solution de financement de mesures pour les personnes âgées. En attendant, nous remarquions que ce jour férié travaillé serait surtout un gros cadeau au baron Seillière et à ses copains du MEDEF, qui en plus sont les principaux bénéficiaires de la politique de baisse d’impôts sur le revenu confirmée récemment par Raffarin.

Comme d’habitude, le gouvernement anesthesie l’opinion publique de sa "communication" mensongère et indécente, et essaie de faire passer sa politique patronale en faveur des plus favorisés pour une mesure sociale. Parallèlement, il utilise dans l’Education Nationale l’arrêt Omont sur le prélèvement des jours non travaillés entre deux jours de grève comme "coup de massue" anti-grève pour mettre au pas les grévistes qui auraient des velléités de remettre ça ; il a de surcroît le culot de faire passer ça pour la simple application du "droit", de la "loi", voire pour une démarche de "respect à l’égard du droit de grève" comme l’a expliqué Ferry sur France Inter récemment... Dans un secteur non productif comme l’Education Nationale, notre patron gagne de l’argent quand nous faisons grève, mais dans les médias, ce sont les grévistes qu’on fait passer pour les profiteurs du système... Le gouvernement n’assume rien de sa stratégie de pourrissement qui a fait durer la grève de longues semaines aux dépens des élèves pour, entre autres, faire passer en force une réforme des retraites inique qui appauvrira de fait une majorité de personnes âgées. Va-t-il par-dessus le marché financer les baisses d’impôts des plus aisés , ou bien compenser les trous budgétaires dans l’Education Nationale, avec l’argent récolté sur le dos des grévistes ?

C’est pour cela que nous avons diffusé auprès de médias la lettre suivante, ainsi que la copie du texte envoyé au Ministre (et au recteur de l’académie de Versailles). Nous proposons à tous ceux qui le souhaitent de lancer également cette opération afin de lui donner une ampleur susceptible d’interpeler les médias.
ATTENTION : Nous ne le faisons absolument pas dans un esprit de "charité" à l’égard de personnes âgées réduites au rang de "victimes de la canicule", et j’espère que la lettre au Ministre est suffisamment claire là-dessus ; mais il s’agit de faire le lien notamment entre les revendications sur les retraites et les problématiques de condition de vie des personnes âgées, de faire un pied de nez au gouvernement sur l’histoire du jour férié et les questions de prélèvements pour grève (puisqu’ils se sentent obligés de taper dur "pour appliquer la loi" et "par respect de la grève", autant que ça ne serve pas qu’à baisser les impôts des patrons et à masquer d’éventuels trous budgétaires dans l’EN).

SUD Education 78

Des questions ou commentaires ? Envoyez un message à SUD Education 78


2- COURRIER ENVOYE A LA PRESSE LE VENDREDI 5 SEPTEMBRE 2003 :

Madame, Monsieur,

Nous tenions à vous faire connaître l’opération "grévistes solidaires pour les personnes âgées", que le syndicat SUD Education des Yvelines soumet au Ministre de l’Education Nation Luc Ferry : il s’agirait de verser les prélèvements pour faits de grève dans l’Education Nationale à une caisse de solidarité au profit d’une politique sociale à l’égard des personnes âgées. En effet, l’Education Nationale n’étant pas un secteur de production commerciale, notre employeur ne perd pas d’argent lorsque nous sommes en grève. Nous ne voudrions pas que cet argent profite finalement aux baisses d’impôts pour les salaires les plus aisés annoncées par le gouvernement aux dépens des services publics. De surcroît, nos revendications du printemps portaient entre autres sur la dégradation des conditions de vie des retraités suite aux réformes des retraites. Ci-dessous, le texte de la lettre envoyée aujourd’hui par la poste à M. Luc Ferry, Ministre de l’Education Nationale.
J’appelle également vos services à soumettre la question suivante à un sondage comparable à celui qui a semblé accorder un soutien populaire à la suppression d’un jour férié pour financer des mesures en faveur des personnes âgées : SERIEZ-VOUS FAVORABLE A CE QUE LE GOUVERNEMENT REVERSE LES PRELEVEMENTS POUR FAITS DE GREVE DANS L’EDUCATION NATIONALE A UNE CAISSE DE SOLIDARITE POUR UNE POLITIQUE SOCIALE EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES ?

Cordialement,

Vincent Smith, pour SUD EDUCATION 78


3- Texte de la lettre envoyée au Ministre de l’E.N. le vendredi 5 septembre 2003 :

Monsieur le Ministre,

Suite au mouvement social du printemps dernier, les grévistes subissent des prélèvements amplifiés par l’application relativement confuse de l’arrêt Omont. N’étant pas un secteur de production commerciale, l’Education Nationale, notre employeur, n’a pas perdu d’argent du fait de ces grèves.

Par ailleurs, ces grèves visaient entre autres à lutter contre une réforme des retraites qui condamne de fait de nombreux retraités à subir de fortes diminutions de leur pension, faute d’atteindre la durée de cotisation rallongée leur permettant de prétendre à une pension complète. Un des corollaires était la dégradation des conditions de vie pour les retraités, par ailleurs confrontés à des tarifs souvent prohibitifs lorsqu’il s’agit par exemple d’être hébergé en maison de retraite.

Comme M. Le Premier Ministre a émis l’idée qu’un jour férié pourrait être travaillé pour contribuer au financement d’une politique sociale en faveur des personnes âgées, durement touchées par la canicule et la pollution record du mois d’août, nous trouverions décent que le gouvernement ne prétende pas réduire la solidarité à des sacrifices des travailleurs bénéficiant généreusement aux marges bénéficiaires patronales. Une occasion se présente donc de montrer l’exemple : le Syndicat SUD Education Yvelines propose au Ministère de l’Education Nationale de reverser la manne constituée par les prélèvements pour faits de grève dans une caisse de solidarité pour financer des mesures sociales à destination des personnes âgées. Nous demandons par ailleurs que cette caisse soit gérée dans la plus grande transparence, afin qu’elle ne soit pas détournée au profit de réductions d’impôts pour les plus aisés mais bien pour une aide concrète à l’amélioration des conditions de vie des personnes âgées.

En vous remerciant d’avance pour l’attention que vous porterez à notre proposition, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos sentiments distingués.
Vincent Smith, pour SUD Education 78