Violences policières contre lycéens

Les matraques comme dialogue social

Face aux violences policières à l’encontre des lycéens, profs et parents se doivent d’exprimer leur solidarité et de condamner les méthodes de la police ; après des mois à refuser d’écouter le mécontentement lycéen, M.Fillon montre en effet une fois de plus sa conception du dialogue social : la répression à coups de matraques ! Un exemple de lettre envoyée par les personnels du lycée Jean Rostand, à Mantes (proposée par F.Maillard) :

Les personnels du lycée J.Rostand, 78200 Mantes La jolie.
Le 12/04/2005.

Objet : Lettre d’indignation et de protestation
contre les violences policières envers les lycéens.

Monsieur le Ministre de l’Education nationale,
s/c de Monsieur Le Recteur de l’Académie de Versailles,
s/c de Madame la Proviseure du lycée J. Rostand de Mantes La Jolie.

Les personnels solidaires du lycée J. Rostand de Mantes La Jolie sont indignés et s’insurgent contre les violences policières dont ont été victimes les lycéens qui manifestaient pacifiquement la semaine dernière dans plusieurs villes de France.

En effet, les images diffusées et les témoignages rapportées par la presse et les média sont édifiants : on y voit des jeunes occupant sans violence des établissements de l’Education Nationale recevoir des gaz lacrymogènes à bout portant, se faire frapper à coups de matraques et de coups de pieds au visage par les forces de police alors qu’ils sont allongés par terre..... Nous pourrions ainsi poursuivre cette longue liste de violences dont ont fait les frais les lycéennes et lycéens. Or, si on nous demande de former au sein des établissements scolaires les futurs jeunes électeurs, de tels comportements sont particulièrement désastreux, et sont en totale contradiction avec les valeurs et les objectifs de l’école républicaine.

Ces brutalités sont indignes d’un système démocratique et relèvent de régimes autoritaires et de périodes sombres de l’histoire de la France. Elles témoignent également de l’obstination du ministre de l’Education Nationale à ne pas entendre les revendications légitimes des élèves, parents d’élèves et personnels de l’Education Nationale depuis plusieurs mois et à vouloir y mettre fin par le recours à la force et la brutalité envers sa propre jeunesse. Les lycéens ont bien compris les enjeux, les conséquences et les dangers de la nouvelle loi d’orientation. Ils dénoncent également la procédure utilisée pour la voter et demandent à être entendus.

Les personnels du Lycée J. Rostand dénoncent donc le recours à la force policière comme seule réponse aux lycéens, soutiennent leur mouvement et demandent à leurs côtés le retrait de la loi Fillon comme condition préalable à l’ouverture de toute négociation. Ils tiennent à préciser qu’ils ne toléreront pas de tels agissements envers leurs propres élèves et enfants.

Veuillez agréer, Monsieur Le Ministre de l’Education Nationale, l’expression de notre respectueuse considération.

Les personnels solidaires des lycéens de l’établissement J. Rostand de Mantes-la-Jolie.

Voir en ligne : Le communiqué officiel de Sud éducation