De retour de stage - CR de la 1ère journée

Le jeudi 16 novembre se tenait la première session du stage "filé" sur le collectif. La prochaine rencontre aura lieu le 16 février avec, entre temps, une réunion de travail le mercredi 20 décembre (matin).









Pour celles et ceux qui n’ont pu participer ou que le sujet intéresse nous vous proposons ce petit retour sur une riche et stimulante journée...

Le collectif, ce n’est pas avoir les mêmes réponses mais c’est se poser les mêmes questions...

Le collectif, un outil d’émancipation et au service de nos luttes et de nos pratiques pédagogiques

Après une présentation du stage, de ses objectifs et de son fonctionnement (stage étalé sur plusieurs journées dont le programme est établi par les stagiaires eux-mêmes), la journée a débuté par la diffusion des cinq dernières minutes de la conférence de P. Meirieu :
- conférence lors de l’hommage à Jacques Cornet organisé en novembre 2015 : « L’urgence de la construction du collectif à l’école » http://changement-egalite.be/spip.php?article3414

S’en est suivie une discussion autour des deux modèles de pédagogie (modèle mutuel et modèle simultané). Selon P. Meirieu, le fonctionnement du système scolaire actuel provient du modèle simultané imposé dès 1830 par Guizot, ce fonctionnement interdit selon lui le collectif. L’enseignement mutuel pourrait être réintroduit par le biais du numérique.

Sur le sujet de l’enseignement mutuel voir Anne Querrien, L’enseignement mutuel, une pédagogie trop efficace ?







et l’émission
Rue des écoles, France culture, « À la découverte de l’enseignement mutuel », Émission du 7 mai 2017 (en podcast) avec Anne Querrien, Sylvie Jouan et Vincent Faillet.







Voir aussi la page Le Collectif - Ressources biblio - vidéo - audio...


Présentation des participants

Chacun et chacune exprime ses attentes et ce que recouvre la notion de « collectif » à partir d’un mot, d’une expression, d’une question...

A l’issu de ce partage, nous notons sur des post-it ce que recouvre la notion de « collectif ».

Faire école, un sport - collectif - de combat

Deux interventions étaient prévues pour la matinée autour de parcours "Quand l’individu rencontre le collectif"

1 - Lecture d’un texte d’Andrés Monteret qui n’a pas pu être présent à ce stage. L’auteur y évoque son parcours et la difficulté de transmettre aux élèves des valeurs, une philosophie de vie dans un espace classe très institutionnalisé, normalisé. Suite à cette lecture une discussion est engagée, l’un des participants se désigne afin de distribuer la parole aux participants.
Distinction entre « groupe » et « collectif » : au sein du collectif, l’individu garde son individualité il se construit et chemine avec les autres individus. Le fonctionnement est horizontal et non vertical.
Des temps de rencontre institués dans l’emploi du temps permettraient une réflexion collective entre les membres d’une équipe pédagogique.
Le projet d’établissement (ou politique d’établissement) peut être un outil de réflexion collective.

2 - Intervention de J. -P. Fournier qui partage deux expériences :
Dans la première, il évoque une expérience avec une classe d’élèves en difficulté dans un lycée. Son chef d’établissement lui propose de travailler avec une classe d’élèves faibles, J.-P. Fournier accepte sous certaines conditions : des collègues volontaires, des moments de rencontre inscrits dans l’emploi du temps, et des réunions sur des demi-journées. Après un long travail auprès des élèves, la classe finit par mettre en place des heures de vie de classe réellement opérantes, où chaque individu peut s’épanouir, s’exprimer et progresser. Tous les élèves ont ainsi pu bénéficier d’une orientation tout à fait correcte. La mise en place d’un collectif demande du temps, de l’implication et une prise en compte de l’individu. Un collectif ce n’est pas un esprit de groupe ou un esprit de caserne.
Dans la deuxième expérience, J. -P. évoque la mise en place d’un collectif de mal logés dans le quartier du collège. Son point de départ est la situation intolérable d’une élève et de sa famille, c’est d’ailleurs par l’impulsion de cette élève que le collectif s’est transformé en un mouvement durable. Ce collectif a permis à des familles de trouver un logement décent mais a également libérer la parole de certains.es à propos de problèmes de garde d’enfants, de violences, etc. Le collectif initial a donc mué dans le temps, un collectif est mouvant et s’inscrit dans une durée limitée.

Pour finir la matinée, regroupement autour des post-it sur lesquels chaque participant a écrit ce que recouvre la notion de « collectif » et création de trois ateliers, pour les prochaines rencontres, déclinés en trois "entrées" :"Créer", "Fonctionner" et "Faire durer un collectif".

Atelier 1 : Créer du collectif (compte rendu à venir)



Compte rendu de l’atelier 1
en vue de la préparation de la 2ème journée de stage :
CRÉER DU COLLECTIF : POUR QUOI ? POUR QUI ? COMMENT ?

Créer du collectif : pour quoi ?
pour créer du lien et de l’écoute (plus facile ensuite de se mobiliser en cas de problème)
pour travailler ensemble
pour régler un problème

Créer du collectif : pour qui ?
pour les collègues (tous les membres du personnel)
pour les élèves
pour tout l’établissement

Créer du collectif : comment ? Quelques pistes...
- pour les collègues :
créer un climat de confiance (écoute, liens personnels, moments de convivialité, etc.)
mettre en place des rendez-vous réguliers (heure d’info syndicale posée tous les mois, soit pour évoquer des problèmes, soit pour simplement informer et débattre) en faisant en sorte que chacun s’implique (pas de leader)
demander des heures de concertation (afin de travailler en équipe)
échanger sur nos pratiques
renommer la salle des professeurs en « salle des personnels » pour que chacun y trouve sa place

- pour les élèves :
les faire travailler ensemble, dans un esprit de collaboration et d’entraide en faisant en sorte que chacun ait un rôle et progresse (travail en îlots, monitorat / classe mutuelle...)
utiliser les heures de vie de classe (conseils des élèves, etc.)

- pour tout l’établissement :
faire en sorte que les élèves reconnaissent les personnels (pas seulement les professeurs) et leur travail (idée de la photographie des personnels dans les salles de classe, rappel de ce qui peut faciliter leur tâche, par exemple monter les chaises sur les tables en fin de journée)

Propositions d’interventions pour la 2ème journée de stage (prévue le vendredi 16 février 2018) :
expériences d’agents
interventions d’Anne Querrien et de Vincent Faillet sur la classe mutuelle
petite vidéo de Youssef sur un conseil des élèves, en SEGPA
échanges autour de l’heure d’info syndicale : quel cadre juridique ? (Branko ?), comment l’animer ?




Atelier 2 : Fonctionner en collectif



Compte rendu de l’atelier 2 : outils de fonctionnement d’un collectif

Une implication individuelle nécessaire.

Des instances de régulation pour éviter une prise de pouvoir.

Du temps : pour réfléchir, se réunir… Du temps inscrit dans l’emploi du temps.

Une organisation tournante pour éviter les leaders, et une révocation si les conditions ne sont pas remplies.

Réinstaurer le conflit, le désaccord et ainsi accepter l’individualité.

Accepter l’expertise tout en sachant la remettre en cause.

Libérer la parole de tous et faire suivre la parole d’une action collective.

Communiquer avec tout le monde, impliqué ou non dans le collectif.

Être discipliné, exemplaire dans notre comportement : prise de parole, respect de l’autre, etc.

Prendre en compte les aspects psychologiques de l’individu et du groupe.

Atelier 3 : Faire durer le collectif


Compte rendu de l’atelier n° 3 – Le Collectif : on continue ?

Une troisième journée à consacrer au bilan de ce stage filé en questionnant la notion de collectif à travers le cas concret du collectif issu du stage…

Pourquoi et comment faire durer le collectif ?

Quels outils ?

La parole :
HMI – Conseils - les réunions (des personnels / des élèves)

L’écrit :
L’écriture et la lecture collective (cahier, journal de bord, etc.)
Les ressources (à construire ensemble)

Le partage, la mutualisation :
dans quels lieux, sur quels temps ? L’apport de l’informatique ? Investir des lieux (librairies)
la co-animation

Élargir le collectif : tenir compte de celles et ceux qui arrivent et celles et ceux qui partent…

Sensibilisation / communication / production du collectif issu du stage

Travailler sur des exemples de collectifs qui n’ont pas duré

Questionner la notion de passivité

Des pistes d’intervenant.e.s
- les réseaux d’échanges de savoirs
- l’exemple de la Cgé en Belgique
- Les conseils d’élèves dans le 2d degré

Cette troisième journée reste à construire en tenant compte des précédentes réunions, elle sera élaborée au fur et à mesure, à l’issue de chaque stage et reste donc « en chantier » !




Nous donnons donc rendez-vous à tous et toutes (de tous les niveaux, statuts, syndiqué.e.s ou non-syndiqué.e.s)

- Mercredi 20 décembre pour une demi-journée de travail et de préparation des futures rencontres (modalités d’inscription, horaires et lieu - sudeducation78@ouvaton.org)

- Vendredi 16 février 2018 pour la seconde rencontre ouverte à toutes et tous (y compris, et surtout, si vous n’étiez pas présent.e à la première...)