DECLARATION LIMINAIRE DE SUD Éducation VERSAILLES CONCERNANT LA NOTATION ADMINISTRATIVE DES CERTIFIES

Sud Éducation constate une nouvelle fois le nombre important de contestations, ce qui prouve l’augmentation et le renforcement du poids des chefs d’établissement.

Ceux-ci utilisent la note administrative comme un moyen de régler leurs comptes ou un moyen de pression vis-à-vis de nos collègues. L’entretien devrait être un moment de discussion alors qu’il sert de plus en plus aux chefs d’établissement à faire preuve d’autoritarisme.

Nous notons que plusieurs chefs d’établissement ont plus que tendance à ne pas respecter les textes réglementaires. Par exemple, il n’est pas, encore, réglementaire de se référer à l’arrêté du 12 mai 2010 concernant les dix compétences professionnelles.

Nous demandons dans ces cas-là que leur notation ne soit pas prise en compte, de même que leur appréciation et pavés.

L’administration doit prendre en compte à la même hauteur les arguments des collègues de ceux des CE lors d’une contestation.

Nous demandons aussi qu’il soit possible de contester et faire modifier, par la CAPA, les appréciations et pavés dès lors que les rapports des CE ne sont pas argumentés et circonstanciés.

Nous sommes persuadés que cette gestion des ressources humaines, issue du monde du privé, ne peut que nous amener à des catastrophes du type France Telecom ou Renault. Déjà que les personnels de l’Éducation nationale ont le taux de suicide le plus élevé des professions.