Communiqué intersyndical national

CONTRE LA GENERALISATION DES BACS PRO. 3 ANS, DEFENDONS L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL PUBLIC

JEUDI 13 MARS : CONFERENCE DE PRESSE (PARIS, Bourse du Travail)

MARDI 18 MARS : GREVE NATIONALE

La généralisation du Baccalauréat Professionnel en trois ans, imposé sans concertation préalable par le Ministre Xavier DARCOS, remet en cause l’accueil de tous les élèves qui nous sont traditionnellement confiés en Lycée Professionnel. La généralisation du dispositif entraîne à terme la disparition des sections préparant aux Brevets d’Etudes Professionnelles et risque d’interdire à beaucoup d’élèves l’accès au Baccalauréat. Un nombre important de sections ferment et des postes d’enseignants sont ou seront supprimés même si les dotations horaires aux établissements peuvent dans un premier temps rester stables..

L’évolution de la voie professionnelle et sa rénovation doivent et ne peuvent se faire que dans l’intérêt de tous les élèves.

Nous devons refuser :

- Les suppressions massives de sections de BEP
- La suppression massive de postes d’enseignants au fil de la montée en puissance du dispositif
- La disparition de certaines spécialités de formation
- La prétendue expérimentation à la rentrée 2008 et la généralisation en 2009 des baccalauréats professionnels en 3 ans
- La mise en place de ces baccalauréats sans redéfinition des contenus pédagogiques, sans grilles horaires et sans cadrage national actuel
- La réduction des enseignements dans certaines disciplines comme en biotechnologie
- La diminution des capacités d’accueil dans nos L.P., S.E.P et EREA
- L’inégalité engendrée au niveau de l’orientation des élèves (absence de critères et de lisibilité)

► Comme nous le pensions, le protocole de discussion proposé par le Ministre et signé par certaines organisations n’a pas modifié la mise en place des baccalauréats professionnels 3 ans dès 2008 et leur généralisation en 2009. Selon les Académies, le pilotage de cette réforme a démontré la diversité des situations avec partout une même logique de démantèlement de l’Enseignement Professionnel Public.

► Notre mission est de permettre à nos élèves d’atteindre le plus haut niveau de qualification. Sans le maintien d’un diplôme qualifiant de niveau V tel que le BEP, quel sera l’avenir des élèves les plus en difficulté ?
Seront-ils amenés à quitter le système éducatif sans qualification ?
Pour les autres, l’inscription au BEP d’un élève de Baccalauréat Professionnel en trois ans n’est pas garantie dès lors qu’il prépare une autre qualification diplômante.

AGISSONS ENSEMBLE POUR ASSURER LE MAINTIEN DES SECTIONS DE BEP - L’ACTION EST NECESSAIRE !