Retrait des décrets DE ROBIEN :

Arnaque garantie ! Communiqué de la fédération Sud éducation

Les organisations syndicales de l’éducation reçues le 11 janvier se
sont déclarées « ravies » du retrait des décrets De Robien sur les
décharges horaires. Sud éducation n’était pas invité dans les salons
ministériels et ne fait pas la même analyse de cette apparente reculade
du gouvernement Sarkozy.
Nous considérons en effet que loin d’être une victoire de
l’intersyndicale du second degré, ce retrait laisse présager une attaque
bien plus grave à la rentrée.
Rappelons-nous le rapport rendu par Darcos à Sarkozy en mars 2007 sur « 
la situation morale et matérielle des professeurs en France », où il
condamnait les mesures De Robien au prétexte qu’elles frappaient « 
presque exclusivement les meilleurs de nos professeurs, ceux qui
enseignent en terminale ou dans certaines classes préparatoires »
c’est-à-dire « ceux qui s’engagent, qui ont du mérite, qui assument des
tâches supplémentaires ». Montrant ainsi son intention de pousser plus
avant une attaque globale contre le système d’éducation, il demandait à
Nicolas SARKOZY de revenir sur cette décision car, écrivait-il, « il ne
s’agit pas de corriger -à la marge et unilatéralement- les services des
enseignants » mais bien « de remettre à plat les circulaires qui règlent
les obligations de service et de redessiner le métier de professeur
aujourd’hui ».

Affichant la volonté de poursuivre la politique libérale en vigueur
depuis plusieurs années en livrant le secteur scolaire au marché et à la
concurrence, Darcos passe à l’offensive et annonce la transformation en
profondeur du « métier » d’enseignant (sur la base des audits réalisés
sur les lycées et collèges) :

-  Suppression de la totalité des décharges des enseignants.
-  Annualisation du service pour que le temps horaire dû soit
effectivement assuré avec un allongement de la durée de l’année scolaire
(de 32 à 36 semaines effectives).
-  Réduction de 20% des heures de cours.
-  Suppression des dédoublements partout sauf en langues, sciences
expérimentales et enseignements technologiques.
-  Augmentation des heures supplémentaires via les études dirigées, le
soutien scolaire, le remplacement de courte durée.
-  Prime au mérite au vu du résultat de nos élèves !

Le retrait des décrets De Robien n’est pas comme l’écrit le SNES dans
son communiqué du 11 juin, une « prise en compte par le Président et le
gouvernement d’une conception ambitieuse du métier et de la nécessité de
le revaloriser » ! Il s’agit pour l’équipe gouvernementale en place de
diviser les personnels, de flexibiliser toujours plus les enseignants,
en terme d’horaires, de charges, de discipline et ... de salaires avec les
primes aux bons résultats.

La Fédération Sud éducation demande aux personnels de l’éducation de
rester mobilisés face aux réformes qui seront votées sur notre dos
durant l’été.

La seule réponse aux difficultés que nous rencontrons réside
dans la réduction du temps de travail, l’égalité des salaires et
l’augmentation du nombre de postes !