Collectif RASED du Mantois : « Pour la défense de l’école publique et contre la suppression des aides spécialisées »

APPEL AU PRINTEMPS DES ECOLES

Depuis plusieurs mois, le ministre de l’Education Nationale, Xavier Darcos, scrupuleux d’un plan stratégique contre l’école publique démonte pierre par pierre l’édifice du service public d’éducation. Parmi ces mesures destructrices, la suppression de 3000 postes d’enseignants spécialisés dès la rentrée prochain. A plus ou moins long terme, les Réseaux d’aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté, RASED, auront disparu des écoles, premières victimes des économies budgétaires décidées pour la fonction publique. Depuis près de 20 ans, le RASED, dispositif original composé de trois catégories complémentaires de professionnels propose des aides à tous les élèves, recherche avec les équipes enseignantes et les familles les réponses et les aides différenciées les plus adaptées à l’élève « en panne », des aides d’ordre pédagogique, rééducatif ou psychologique ; en affaiblissant leur nombre, l’efficacité de l’offre aux élèves en grande difficulté se trouve d’autant amputée, réduite à une peau de chagrin. Sur le Mantois 15 postes sur 49 existants ne sont déjà pas pourvus ! Les moyens actuels ne réussissent pas à couvrir tous les besoins, or sur les Yvelines, 19 postes spécialisés ont déjà été supprimés en 2008 ; en 2009, l’Inspecteur d’Académie fermera 42 postes spécialisés et transformera 41 autres sur des missions qui ne correspondent pas à celles des RASED. Ce qui équivaut, grossièrement, à laisser 4000 enfants sur le bord de la route ! Face à cette injustice les RASED du Mantois se sont constitués en collectif depuis le mois novembre et multiplient leurs actions : pétitions sur les marchés, aux portes des écoles, participations à des réunions d’information pour les parents, rencontres avec les élus locaux. Les maires d’Issou, de Limay, Mantes la Ville, Magnanville et Rosny ont très rapidement répondu à l’appel du collectif et se sont engagés à défendre les RASED : ils ont respectivement fait voter des motions au sein de leurs conseils municipaux (Issou, délibération du 18/11/08, Magnanville, délibération du 2/02/09, Mantes la Ville, délibération du 2/02/09, Rosny, délibération du 9/02/09) ou s’apprêtent à le faire (Limay, CM du 26/03/09). La mairie de Mantes la Jolie quant à elle, nous a fait savoir par courrier qu’elle accepterait le redéploiement annoncé tout en veillant à ce que les écoles de Mantes puissent bénéficier d’effectifs adaptés, une réponse qui manque véritablement de clarté ! Messieurs Braye (Sénateur), Bédier (Député), n’ont pas daigné, à ce jour, répondre aux demandes d’audience formulées par le collectif.

Enseignants, parents, élus, demandent non seulement le maintien des aides spécialisées à l’école mais leur développement sur le plan local comme sur le plan national.

TOUS ENSEMBLE ILS APPELLENT A SE MOBILISER LE 20 MARS POUR LE PRINTEMPS DES ECOLES